THOUSANDS OF FREE BLOGGER TEMPLATES

SPECTACLES


Bande annonce "Les Petites Choses de la Vie" 16/11/12
2012
••••••••••••••••••••••••


video


"Les Petites Choses de la Vie"  Emission ATV 11/11/12
2012
••••••••••••••••••••••••


video



"Bande Annonce de Mangrove"
2012
••••••••••••••••••••••••




"Mangrove"
2012
••••••••••••••••••••••••

video



"Choc"
2011
••••••••••••••••••••••••


  video



"Entre Choc (s)"
2009
••••••••••••••••••••••••

••••••••••••
COLLABORATION ARTISTIQUE

Chorégraphe
Christiane Emmanuel

Scénographie
Valérie John

Artistes
Christiane Emmanuel (danseuse),
Christophe Rangoly « papa Slam » (paroleur),
Eric Vinceno (contrebassiste)

Musique
Eric Vinceno

Lumière et direction Technique
Dominique Guesdon
Prise de vue

PHOTOS : Wilfrid Tereau

Durée : 45 minutes




••••••••••••

Après une résidence en accueil studio au Centre Chorégraphique National de Tours en 2008, la création de ce spectacle a été achevée à l’occasion des représentations au Théâtre Municipal de Fort-de-France, fin janvier 2009.
Quatre artistes antillais ont été réunis par la Compagnie Christiane Emmanuel pour ce projet : Christiane Emmanuel (chorégraphe, danseuse), Valérie John (plasticienne), Christophe Rangoly (paroleur) et Eric Vinceno (contrebassiste).
Leur point de départ est une exposition de la plasticienne Valérie John à l’Habitation Clément en Martinique (ancienne habitation sucrière du temps de l’esclavage). La réflexion artistique s’est portée sur le re-éclairage des espaces de Mémoire, de toutes les Mémoires (des corps).

Simultanéité d’actions entre un corps, un espace, un son, chaque élément devenant partie intégrante d’un ensemble qui se voudrait diffracté, mis en morceau, chacun provoquant l’autre ; cet autre, devenant source du dépaysement, élément déclencheur, de tout évènement créateur.
Cette rencontre, lieu du doute, d’incertitude et de fragilité, nous permettra de tisser un espace dont les composantes dissemblables charriant chacun leur(s) espace(s) mémoire(s) « acquise au cours et au prix d’une errance ou d’un déracinement individuel, soudaine en même temps que patiemment recomposée, trop vivace et parfois perturbante » Edouard Glissant.
Ces corps réceptacles viennent s’échouer tel le ressac contre des objets dont les temporalités diverses, sortes de contre-points et contretemps permettant d’entrer dans la contemporanéité tout en gardant ce qui fait de nous des êtres singuliers.

••••••••••••••••••••••••







video









"MANGEONS… All Inclusive !"
2009
••••••••••••••••••••••••






••••••••••••
COLLABORATION ARTISTIQUE

Chorégraphe
Christiane Emmanuel

Assistant à l’investigation théâtrale
José Dalmat

Assistant chorégraphique
Dixan Garrido Perez

Danseurs
Christiane Emmanuel
Dixan Garrido Perez
Fabrice "Flexx" Vaillant
Jean-Félix Zaïre

Musique
Jeff baillard (création)
Extraits d’oeuvres de Mozart
Musique Hip-Hop
Christian Galvet

Chant
Mathilde Zéline

Direction technique et création lumière
Dominique Guesdon
René-Marc Olivier

Scénographie
Max Catayée
Dominique Guesdon

Régie Costumes Plateau
Mathurin Moisson

Production
Compagnie Christiane Emmanuel

Coproduction
Cmac Scène Nationale de Martinique
La compagnie est conventionnée par la Drac Martinique
et reçoit le soutien du Conseil régional de la Martinique,
du Conseil Général de la Martinique.

Conception graphique du visuel de couverture
Géraldine Entiope

PHOTOS : Wilfrid Tereau

Durée : 1 heure


••••••••••••

Après “Paroles du bruit et du dedans” création 2004 et “De Sucre et de vanille… amère” création 2006, “MANGEONS… all inclusive !” vient clore une recherche artistique en triptyque, dans laquelle Christiane Emmanuel explore le “mal-être”.
Avec "MANGEONS… all inclusive !" elle met en scène 4 danseurs, 1 frigo-totem, 1 table, 4 chaises, des aliments, dans une sorte de "chorégraphie-banquet" : On mange, on dévore, on bouffe, on consomme et on engloutit.
Le jeu des danseurs dans des solos, duos, trios ou quatuors met en lumière les comportements extrêmes individuels ou collectifs liés à la nourriture, les tensions autour de la table, entre plaisir et dégoût. Une escalade dansée sans retour, vers le toujours plus.
Une danse burlesque, comme un miroir tendu vers une société boulimique, une société qui se remplit sans digérer.

••••••••••••••••••••••••











"Jazz Dousss" 2006 ••••••••••••••••••••••••



••••••••••••
COLLABORATION ARTISTIQUE

Chorégraphe
Christiane Emmanuel

Danseurs
Livia Gercé
Fabrice "Flexx" Vaillant
Jean-Félix Zaire

Musique
« Olé » de John Coltrane

PHOTOS : Wilfrid Tereau

Durée : 20 minutes



••••••••••••

"Jazz Dousss" est la Rencontre entre deux danseurs de danse contemporaine et un danseur de culture hip hop. Trouver par le jeu, les interactions possibles des deux styles et des différentes propositions musicales (instrument, tutti, solo, duo…). Danse électrique, éclectique basée sur la « ronn bèlè » (uniquement dans sa forme), les danseurs, à tour de rôle, défieront la « ronn », le cercle, le public. L’instrument en solo prend la place du tanbou bèlè. Le corps du danseur devient musique…

••••••••••••••••••••••••










"De sucre et de vanille… Amère"
2006
••••••••••••••••••••••••



••••••••••••
COLLABORATION ARTISTIQUE

Danseurs :
Christiane Emmanuel, Jean-Félix Zaïre,

Musique :
Jeff Baillard

Conception graphique du visuel de couverture
Géraldine Entiope

PHOTOS : Wilfried. Tereau et Marie-Claire Delbé-Cilla

Durée : 45 minutes



••••••••••••

Dans « De Sucre et de Vanille... » je pose la question de savoir comment « Paroles du bruit du dedans » peut-être pensé en solo, explique la chorégraphe. On se rappelle de la pertinence « de Parole » où sur la scène les corps se mouvaient dans un expressionnisme tonitruant. Christiane Emmanuel y analysait la souffrance du dehors comme du dedans, reconsidérée pour être moteur de la création, source vive et dynamique du faire. La souffrance de l’autre, des autres, de soi-même utilisée, fondue dans un geste fort de refus de l’apathie. Avec « de Sucre et de Vanille » Christiane Emmanuel part de la même matrice, la douleur, pour cette fois la donner à voir certainement de manière plus poignante, épurée de l’essentiel. Un solo donc, avec cette fois sur scène deux danseurs. Elle est accompagnée par Jean-Félix Zaïre pour un rendu dans la dualité : hommes et femmes, engagés dans la même misère à la vie, le même destin commun de chutes et de peines.

Rodolf Etienne « France Antilles » / juin 2006


••••••••••••••••••••••••







video





"Paroles du bruit et du dedans"
2004
••••••••••••••••••••••••



••••••••••••
COLLABORATION ARTISTIQUE

Chorégraphe
Christiane Emmanuel
Danseurs
Dorothy Carlos
Christiane Emmanuel
Jean-Luc Megange
Jean-Félix Zaïre

Comédiens
Aurélie Dalmat
Aliou Cissé

Costumes
Sylviane Gody

Musique
Jeff Baillard

Décors
Daniel Acamah

Lumière
Dominique Guesdon

Conception graphique du visuel de couverture
Géraldine Entiope

PHOTOS : Wilfrid Tereau

Durée : 1 heure 15

••••••••••••
Notre Parole se retrouve souvent emprisonnée, ou même plus, empoisonnée, alors que la communication prend de plus en plus d’essor.
Parler, parler de soi, … de ce moi profond est d’autant plus difficile que dans notre société martiniquaise, chaque peuple est arrivé avec sa propre culture mais aussi… ses non-dits. Ainsi, la loi sociale n’est pas nécessairement ou sincèrement dite, est tue-tuée, ou encore, … pas comprise.
Le but de cette nouvelle chorégraphie n’est pas de raconter une histoire, mais de tenter d’entrevoir le devenir de ce peuple : un questionnement sur l’état d’être de la nation martiniquaise...

••••••••••••••••••••••••

video





"An Kabel pou Lam"
2001
••••••••••••••••••••••••



••••••••••••
COLLABORATION ARTISTIQUE

Chorégraphe :
Christiane Emmanuel

Danseurs :
Monique Assouvie, Catherine Bourgois-Grebille, Christiane Emmanuel
Fabienne Morice-Marajo, Jean-Luc Megange, Valérie Vroust, Jean-Félix Zaïre

Costumes :
Sylviane Gody

Musique :
Jeff Baillard
Robin Vautor

Décors :
Daniel Acamah

Conseiller artistique :
Roger Robinel

Répétitrice :
Nicole Orcel

Lumière :
TORRIEP

Régie :
Mathurin Moisson


••••••••••••

La chorégraphie de la Compagnie Christiane Emmanuel confirme cette volonté farouche de poursuivre son travail qui consiste à exprimer son identité culturelle à travers une danse délibérément contemporaine.
Elle s’inspire librement du travail d’un artiste-peintre caribéen contemporain de renommée internationale : Wifrido Lam.
L’œuvre de cet artiste au talent singulier, ami de Césaire, Breton et Picasso, a marqué plusieurs générations de peintres caribéens.
Peindre pour Wifrido Lam, c’est “affirmer, formuler avec des images pleines d’éclats et riches de dessous (syncrétisme religieux) ce qu’il est en tant qu’homme et en tant qu’être vivant inséré dans l’univers cosmique”.
Tout comme Lam, Christiane affirme, confirme cette pensée et y ajoute l’évidence de son appartenance au monde caribéen, “monde et âme métisses” et son intégration au monde moderne contemporain.
Dans cette création elle propose une interprétation libre des “FEMMES ASSISES” et de “LA JUNGLE”, première manifestation plastique du Tiers-Monde, œuvre maîtresse de Lam.

••••••••••••••••••••••••